Nous avons décidé, amis et connaissances de François Pellarey, de lancer le projet d'une publication monographique consacrée à l'œuvre de cet artiste peintre. À la mesure de la densité et de l’importance de son travail sur un parcours de plus de 50 années de peinture, cette initiative apparaît à ce jour opportune et essentielle. Nous sommes persuadés qu’elle sera la bienvenue pour ceux d'entre vous qui le suivez et appréciez son itinéraire artistique. Pour d’autres ce sera l’occasion de découvrir cette œuvre riche et singulière.

Cet ouvrage contiendra 124 pages, dos carré, avec couverture cartonnée, et de format 24 x 22 cm.

Nous ferons le choix chronologique d’une centaine d'œuvres depuis ses débuts.

L'ensemble comportera un texte biographique général et une biographie-bibliographie rédigée par Sylvio Brianti. D'autres textes critiques  ayant jalonné son parcours rythmeront le livre.

La fabrication sera confiée aux éditions Édicité à Tarbes, qui assurera donc une diffusion en librairie.

Nous lançons auprès de vous une souscription pour réunir une partie du budget nécessaire.

La clôture de cette souscription est fixée au 31 mars 2012, pour une parution de l’ouvrage estimée rentrée 2012. La sortie de cette monographie donnera l’occasion de présentations et d’expositions. Les oeuvres de François Pellarey seront notamment présentées en 2012 à l'abbaye de l'Escaladieu et à la Fonadation Cenac à Soues

             > Le prix d'appel pour chaque exemplaire est de 25 euros (prix public 30 euros ensuite).

            > 35 exemplaires seront disponibles avec un dessin original de l'artiste (format 22 x 22 cm environ) au prix de 90 euros chaque exemplaire.

Téléchargez et imprimez le bon de souscription : Pellarey_souscription

Vous remerciant vivement pour votre attention, nous comptons et apprécierons votre participation et soutien, lesquels seront les bienvenus pour finaliser cette initiative.

 Renseignements et coordination : Sylvio Brianti : sylvio.brianti@wanadoo.fr

 

François PELLAREY

Né à Gisors en 1938, François Pellarey a commencé à dessiner à l'âge de 12 ans. Employé dans le bâtiment puis cheminot, il suit des cours à l'École des Arts de Tarbes sous la conduite de François Mengelatte et Jean Marquerie. Premières expositions à la galerie Dubernet à Tarbes en 1963 et 1964. Sa première période est classique : une peinture figurative moderne et colorée, à la touche épaisse. En 1970, il réalise des peintures en couleurs vives et acides, traitées au couteau, à la manière d'un Nicolas de Staël (série sur le rugby). C'est au milieu des années 1970 qu'il trouve sa voie, entre fauvisme et expressionnisme. Ses peintures sur panneaux usent d'une pâte très épaisse. Il multiplie les touches pour façonner de massifs portraits dont il exagère les visages et les cous. Sa peinture gestuelle, amenée sans dessin préalable, elle puise dans des couleurs vives : rouges, jaunes, bleus et verts et leurs variations mauves et orangées.

PellareyAuto

Petit à petit, François Pellarey délaisse la matière et les épaisseurs de peinture pour des œuvres plus lisses dans leur coup de pinceau. Expositions régulières à la Galerie Zeller à Tarbes (1986, 1989). Il revient toujours aux mêmes sujets. Des paysages des Pyrénées, d'autres intimes et resserrés hors de toute géographie, avec des personnages et perspectives de chemins sinueux, dans la lignée des expressionnistes allemands (Jawlensky ou Kirchner). De forts portraits de femmes aux visages allongés arborant chapeaux ou bérets, Les Adrienne. Des nus aux formes épanouies.

Pellarey est un peintre des petits formats aux compositions « léchées », mais aussi un peintre de grands formats dans un style plus hâtif d'une grande efficacité. Il a rompu avec ses sujets classiques en abordant au milieu des années 1980 la thématique difficile de la Shoah et des camps de concentration. De manière crue et un peu brutale, il fait surgir des rescapés hurlant derrière des barbelés, entourés de brasiers aux flammes immenses.

En parallèle, François Pellarey développe une œuvre graphique conséquente, plusieurs milliers de dessins au trait matissien, rapide et sûr, le plus souvent des portraits et des nus. L'homme est discret et ne se soucie que peu des tendances et des modes, ni d'ailleurs de la diffusion de son œuvre. C'est un artiste complet, dessinateur et peintre, fin connaisseur de l'histoire de l'art. Pour autant sa démarche, d'une certaine manière, peut s'assimiler à celle de l'art brut.

Il vit et travaille à Odos. Rétrospectives à Tarbes à la Chambre de Commerce (2000) et au Carmel (2006), au Musée Larrey à Beaudéan (2009). Exposition Galerie Valéra (2011). Collections publiques : à Tarbes, Match de rugby (1970), Musée Massey et Où est l'espoir ? (1988), au Musée de la Déportation et de la Résistance. Le Ténor, Musée des Beaux-Arts de Pau. Deux peintures au Musée d'Ovar au Portugal.

François Pellarey, notice parue in Traces d'artistes, dictionnaire de l'art moderne et contemporain dans les Hautes-Pyrénées de 1900 à nos jours, Sylvio Brianti, Tarbes : Édicité, 2010, pp. 281-282.